Démarche bioclimatique

          La notion de démarche environnementale dans la réalisation d’un projet architectural réside dans l’adéquation entre la conception de l’enveloppe habitée, le climat et l’environnement dans lequel l’habitat s’implante et les modes et rythmes de vie des habitants

 

  • Composer avec le climat 

Sous nos climats tempérés, cette recherche d’équilibre entre l’habitat et son milieu s’exprime principalement sous forme de deux grands principes saisonniers :

En période froide, favoriser les apports de chaleur gratuite et diminuer les pertes thermiques tout en assurant un renouvellement d’air suffisant afin de d’améliorer le confort d’hiver

En période chaude, diminuer les apports caloriques et favoriser le rafraîchissement afin d’améliorer le confort d’été.

Entre ces deux saisons extrêmes, on recherchera souvent à ouvrir généreusement l’habitat à son environnement extérieur

 

  • Composer avec le site :

D’une manière générale, en construction neuve, on choisira sur le terrain, l’endroit privilégié pour bénéficier au maximum :

Des protections naturelles aux vents froids et au soleil estival par les mouvements du terrain naturel et la végétation existante.

De l’ensoleillement hivernal en évitant les masques portés par les feuillages persistants, le relief et les bâtis existants.

 

Quand le relief ou la végétation existante ne présente pas ces caractéristiques, il sera souvent possible d’intervenir pour aménager l’environnement proche par des mouvements de terrains ou des plantations : essences caduques au sud et au sud-ouest, persistantes au nord.

Enfin, à chaque fois que cela sera possible, nous valoriserons les qualités d’inerties du sol et du sous sol, permettant de réguler les températures intérieures quotidiennes, voire saisonnières.

 

  • Optimiser la forme et l’orientation :

Les parois d’un bâtiment climatique étant soit captrices, soit déperditives, la forme optimale d’un point de vue énergétique sera celle qui permettra, en hiver, de perdre un minimum de chaleur tout en en captant un maximum, puis à l’inverse en été, de recevoir un minimum de chaleur.

 

La forme du bâtiment, sa compacité et son orientation privilégiant les ouvertures sur les façades sud sont autant d’éléments qui détermineront la qualité climatique de la future construction

 

La position de l’édifice par rapport aux vents dominants est un point déterminant pour la mise en place d’une surventilation nocturne qui améliora le confort d’été

 

  • User de choix techniques spécifiques:

 

Enfin, la mise en œuvre de choix techniques bioclimatiques spécifiques tels que les murs capteurs, les serres bioclimatiques, les puits canadiens, etc.…. contribuera à optimiser le rendement énergétique de la future construction.